Quel que soit le contenu de votre livre : roman, essai, mémoires, recueil, vous devez pouvoir donner, en peu de mot, un maximum d’informations sur vos écrits. C’est absolument nécessaire pour convaincre un lecteur potentiel de vous lire. En effet, après la couverture de votre livre, c’est le résumé qui va pousser le lecteur à feuilleter et même acheter votre ouvrage.

Ecrivez pour être lu

Quand vous souhaitez être publié, la finalité de vos écrits est d’être lus et de créer une émotion ou une réflexion à votre lecteur. Si l’écriture du résumé est bien moins longue que celle du livre, il faut quand même y apporter une véritable réflexion. Vous devez donc travailler correctement l’écriture de votre résumé pour qu’il reflète parfaitement l’esprit de votre récit. Vous pouvez prendre des notes sur le contenu de votre œuvre et rédiger plusieurs brouillons. Il ne faut pas hésiter à s’y reprendre à plusieurs fois pour trouver le résumé idéal. Pensez aux émotions ou aux réflexions que vous voulez faire susciter dans vos écrits en fonction de ce que vous racontez. N’hésitez pas à le lire à des personnes de votre entourage pour voir leur réaction.

Créez l’envie chez le lecteur

Le résumé doit encourager le lecteur à acheter votre livre. Il faut révéler l’essentiel, sans trop en dire. Concentrez-vous sur les principaux traits de votre livre pour susciter l’attention du lecteur : une ambiance, un personnage, un univers, une sensation. Ensuite, recherchez ce qui fait l’originalité de votre récit et mettez cet élément en avant. Votre résumé doit créer une émotion ou une réflexion chez votre lecteur. Il doit lui apporter quelque chose de nouveau. Tant que ce n’est pas de l’indifférence. Il faut embraser l’imagination et piquer la curiosité du lecteur!

Cependant, assurez-vous que votre résumé soit conforme au contenu. Vous ne devez pas mentir dans votre résumé par respect pour le lecteur qui prendra le temps de vous lire.

Être efficace en peu de mots

Soyez clair et concis dans votre résumé. Votre première phrase est primordiale, elle doit être suffisamment engageante pour que le lecteur continue à lire. Ne faîtes pas trop de descriptions statiques ou de longues phrases rébarbatifs.

Voici quelques suggestions : faire une petite citation de votre livre ; introduire votre personnage principal ; s’adresser directement au lecteur pour plus de complicité ; donner rapidement le contexte de votre récit sans donner trop d’éléments.

Votre résumé doit faire au maximum 1000 caractères. Au-delà, le lecteur risque de se désintéresser de votre résumé. N’oubliez pas la concision.

Le lecteur doit immédiatement identifier le type de livre dont il s’agit, (thriller, romance, conte, SFFF, essai, biographie…).

Travaillez bien vos phrases. Epurez-les de tous les mots vides, de toutes les expressions et toutes tournures trop lourdes qui ne font que rendre la lecture difficile et surtout désagréable. Comme dit l’adage écrit par Nicolas Boileau, « Ce qui se conçoit bien, s’énonce clairement. »

Vous pouvez bien sûr faire des références pour que le lecteur sache tout de suite à quel genre d’œuvre il a entre les mains. Vous pouvez évoquer l’auteur qui vous a inspiré. Cependant, faites-le avec parcimonie, votre livre ne doit pas être une sous-version d’œuvre existante.

Enfin, vous pouvez aussi indiquer à quel public spécifique votre livre s’adresse, (public jeune, public averti, public féminin…).

Une fois que vous avez rédigé votre résumé, apprenez le par cœur.

C’est le meilleur moyen de « vendre » votre livre, d’en faire la promotion. Si cet aspect « marketing » peut embarrasser certains auteurs, c’est une étape nécessaire si vous voulez que votre récit ait un maximum de chance d’être lu. Retenez donc au moins les premières phrases de votre résumé afin de faire honneur à votre livre quand vous devrez le présenter.